Santé

Il est assez aisé de comprendre les bénéfices de l’exercice physique au profit de l’appareil circulatoire, respiratoire et musculaire. L’exercice améliore les performances de ces organes grâce à leur sollicitation régulière qui provoque un effet d’entraînement. Ces adaptations agissent également sur les principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires : elles baissent la tension artérielle, consomment le sucre contribuant ainsi à améliorer le contrôle du diabète, consomment les graisses que nous mangeons contribuant à faire baisser le taux de cholestérol et rééquilibrent le bilan énergétique trop souvent perturbé par nos excès de table!

Ce que nous comprenons plus difficilement, c’est l’impact bénéfique de l’exercice physique sur les cancers: sein et colon notamment. Des voies de recherche sont en cours d’exploration mais les réponses ne sont pas claires à l’heure actuelle même si les résultats sont là : 30 à 40 % de réduction du risque de ces cancers chez les personnes qui ont une activité physique régulière. C’est comme le bien manger ! Personnellement, je pense que les personnes qui mangent avec discernement, pas plus que ce dont elles ont besoin, et qui font l’effort de diversifier leurs aliments, les personnes qui se donnent du mal pour rester physiquement et intellectuellement actives, sont en fait des personnes qui prennent soin de leur corps, qui sont à l’écoute de leur corps, qui connaissent bien leur corps et qui, alertées par le moindre dysfonctionnement, prennent rapidement les mesures qui s’imposent pour éviter une maladie ou pour bien et rapidement la traiter lorsqu’elle se déclare.

Docteur Jacques HENRY