Fotolia 59877946 XSJeûne intermittent ou Intermittent Fasting

Quelle définition pour le jeûne intermittent ?

Le jeune intermittent (consiste à une restriction limitée dans le temps qui alterne périodes alimentaires et restrictions alimentaires. Les résultats sont meilleurs que la plupart des autres régimes. Il a été montré que le jeune intermittent était bénéfique pour la santé.

Le jeune intermittent et les effets métaboliques.

Augmentation de l’hormone de croissance (i.e. G.H Growth Hormone)

L’hormone de croissance joue un rôle de régulateur dans le métabolisme des graisses et le maintien de la masse musculaire. En effet le jeûne intermittent augmente la sécrétion d’hormone de croissance. Il a été montré chez des hommes ayant jeuné pendant 24 heures une augmentation de 20 fois le taux d’hormone de croissance et 13 fois chez les femmes.

Diminution du niveau d’insuline à jeun

La baisse du niveau d’insuline va permettre une perte de graisse puisque l’insuline bloque la lipolyse, le processus par lequel les triglycérides (graisses stockées) sont libérés pour être utilisées comme source d’énergie. En effet sans la lipolyse il n’y a pas de perte de graisse. Ainsi le jeûne facilite donc l’accès à ses graisses si difficiles à débloquer.

Augmentation des catécholamines

Les catécholamines augmentent la glycogénolyse immédiate. Elles permettent de générer de l’énergie en état de jeûne en activant la lipase, hormone présente dans les tissus adipeux, puisant ainsi dans les réserves de graisse.

Ma perte poids

Pour être précis, nous allons parler de la perte de masse grasse. En effet, dans un régime ce ne sont pas les kilos perdus mais la perte de graisse et l’augmentation de la masse musculaire qui est important. Cela ne peut se faire que de façon progressive, avec un choix judicieux des aliments, une bonne répartition des nutriments (protéines, glucides, lipides, fibres), et une activité sportive adaptée (i.e. sur mesure).

Voici quelques méthodes du jeun intermittent (Intermittent Fasting)

Méthode proposée par Martin Berkhan

Le protocole

- 16 heures de jeûne et 8 heures de prise d’aliments (14h/10h pour les femmes)

- 3 jours de musculation par semaine

- Prise éventuelle de BCAA avant les entrainements

- Plus de glucides et moins de lipides les jours d’entrainements

- Plus de lipides et moins de glucides les jours de repos et un peu moins de calories consommées

- On peut placer le jeûne à n’importe quel moment mais la plupart des gens commencent à jeuner le soir (21h00), s’entrainent le lendemain en début d’après-midi (12h00) et rompent leur jeûne une heure après l’entrainement (vers 13h00)

La méthode proposée par Brad Pilon est assez simple :

- 1 à 2 fois par semaine ne pas manger pendant 24 heures


- Le jeûne peut commencer le matin, à midi ou le soir du moment que l’on s’abstient durant les 24 heures


- Rompre le jeûne avec un repas normal, ne pas essayer de rattraper toutes les calories manquées


- S’entrainer régulièrement

Référence :
Halberg N, Henriksen M, Söderhamn N, Stallknecht B, Ploug T, Schjerling P, Dela F. 2005. Effect of intermittent fasting and refeeding on insulin action in healthy men. J Appl Physiol (1985). 2005 Dec;99(6):2128-36.
James E.B., Michael M., Sarah A., 2013 Intermittent fasting: a dietary intervention for prevention of diabetes and cardiovascular disease? British Journal of Diabetes & Vascular Disease 13:(2) 68-72
Maarten R Soeters, Nicolette M Lammers, Peter F Dubbelhuis, Marie ̈tte T Ackermans, Cora F Jonkers-Schuitema, Eric Fliers, Hans P Sauerwein, Johannes M Aerts, and Mireille J Serlie Alternate-day fasting and chronic disease prevention: a review of human and animal trials