Articles

Le cancer du sein

Selon les estimations, une femme sur 8 sera atteinte d'un cancer du sein au cours de sa vie. Grâce aux progrès médicaux, la plupart peuvent être guéris. Mais les femmes n'en ressortent pas forcément indemnes, ainsi les médecins s'intéressent de plus en plus à la qualité de vie dans l'après-cancer.

"L'activité physique est probablement l'arme la plus efficace pour lutter contre les effets négatifs dont on parle peu : la fatigue chronique, l'anxiété et la prise de poids", a expliqué le Dr Christian Jamin, endocrinologue et président de l'Association française de l'après cancer du sein (Afacs). Selon ce spécialiste, on commence tout juste à s'apercevoir que "l'activité physique réduit la survenue du cancer du sein et qu'il existe une corrélation entre l'intensité de l'activité physique et la prévalence du cancer du sein". "Mais ce qui est moins connu, c'est le fait que l'activité physique diminue le risque de récidive et la mortalité par cancer du sein dans des proportions non négligeables", ajoute-t-il.

Des études ont en effet montré que l'activité physique démarrée après un cancer du sein réduisait de 25 % le risque de récidive (en diminuant le surpoids notamment), diminuait de 30 % celui de la mortalité, et améliorait la qualité de vie en atténuant considérablement la fatigue. A l'origine de ce mécanisme, on pense que le tissu adipeux sécrète des hormones bénéfiques au développement du cancer. C'est en jouant sur cet équilibre hormonal que l'exercice physique et la perte de poids auraient un effet bénéfique.

Philippe Rémond

Références scientifiques en plus :

Breast. 2013 Aug 1;22S2:S30-S37. doi: 10.1016/j.breast.2013.07.006.

Nutrition and physical activity influence on breast cancer incidence and outcome.

Chlebowski RT.

Nutr Cancer. 2013 Sep 26. [Epub ahead of print]

Physical Activity Is Associated with Malignant and Benign Breast Diseases in Low-Income Brazilian Women.

Pena GG, Maia YC, Mendes MC, Furtado WR, Machado-Coelho GL, Freitas RN.

Cancer Causes Control. 2013 Sep 26. [Epub ahead of print]

Association of prediagnostic physical activity with survival following breast cancer diagnosis: influence of TP53 mutation status.

Tao MH, Hainaut P, Marian C, Nie J, Ambrosone C, Edge SB, Trevisan M, Dorn J, Shields PG, Freudenheim JL.

L'amélioration de la VO2max diminuerait les risques cardiovasculaires

Le cancer du sein et l'activité physique

Selon les estimations, une femme sur 8 sera atteinte d'un cancer du sein au cours de sa vie. Grâce aux progrès médicaux, la plupart peuvent être guéris. Mais les femmes n'en ressortent pas forcément indemnes, ainsi les médecins s'intéressent de plus en plus à la qualité de vie dans l'après-cancer.

"L'activité physique est probablement l'arme la plus efficace pour lutter contre les effets négatifs dont on parle peu : la fatigue chronique, l'anxiété et la prise de poids", a expliqué le Dr Christian Jamin, endocrinologue et président de l'Association française de l'après cancer du sein (Afacs). Selon ce spécialiste, on commence tout juste à s'apercevoir que "l'activité physique réduit la survenue du cancer du sein et qu'il existe une corrélation entre l'intensité de l'activité physique et la prévalence du cancer du sein". "Mais ce qui est moins connu, c'est le fait que l'activité physique diminue le risque de récidive et la mortalité par cancer du sein dans des proportions non négligeables", ajoute-t-il.

Des études ont en effet montré que l'activité physique démarrée après un cancer du sein réduisait de 25 % le risque de récidive (en diminuant le surpoids notamment), diminuait de 30 % celui de la mortalité, et améliorait la qualité de vie en atténuant considérablement la fatigue. A l'origine de ce mécanisme, on pense que le tissu adipeux sécrète des hormones bénéfiques au développement du cancer. C'est en jouant sur cet équilibre hormonal que l'exercice physique et la perte de poids auraient un effet bénéfique.

Philippe Rémond

Références scientifiques en plus :

Chlebowski RT.2013. Nutrition and physical activity influence on breast cancer incidence and outcome. Breast. 22S2:S30-S37 j.breast.

Pena GG, Maia YC, Mendes MC, Furtado WR, Machado-Coelho GL, Freitas RN.

2013. Physical Activity Is Associated with Malignant and Benign Breast Diseases in Low-Income Brazilian Women. Nutr Cancer.

Tao MH, Hainaut P, Marian C, Nie J, Ambrosone C, Edge SB, Trevisan M, Dorn J, Shields PG, Freudenheim JL. 2013.. Association of prediagnostic physical activity with survival following breast cancer diagnosis: influence of TP53 mutation status. Cancer Causes Control.

Alzheimer et l'activité physique

L'activité physique permettrait de traiter les problèmes de mémoire chez les séniors.

Une étude australienne publiée en Septembre 2008 dans le Journal of the american medical association a montré qu'une activité physique d'intensité moyenne qui peut être effectuée chez soi quelques heures par semaine pouvait améliorer, entre autres, les fonctions cérébrales.

Une étude effectuée auprès de 138 personnes âgées de plus de 50 ans

Les participants souffraient de problèmes de mémoire mais ne présentaient pas de démence.

Déroulement de l'étude

• Les chercheurs ont demandé à une moitié d'effectuer 150 minutes de marche par semaine sur un appareil, et à l'autre de prendre un traitement habituel contre les pertes de mémoire, durant 24 semaines.

• Les chercheurs ont testé les capacités de mémoire des participants jusqu'à plusieurs mois après l'expérience.

Résultats de l'étude

Les personnes ayant suivi une activité physique ont montré de meilleurs résultats que celles qui avaient un traitement habituel après six et douze mois.

Les autres effets positifs constatés

Les chercheurs ont également noté que l'activité physique avait des répercussions positives sur la dépression, la qualité de vie, les chutes et la fonction cardiovasculaire des volontaires.

Source : http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/6023-alzheimer-7-facteurs-de-risques-a-connaître